« Histoire d'un peu structurer les posts... | Main | Mahomet: prophète guerrier »

Avant-propos

Image Hosted by ImageShack.us
Il se pourrait bien que les croisades soient plus dévastatrices à notre époque que durant les trois siècles durant lesquels furent menés les combats en question. Pas en termes de victimes ou de destructions de biens, toutefois – les dégâts actuels sont d'une nature plus subtile. Les croisades sont devenues un péché capital, non seulement de l'Église catholique, mais du monde occidental en général. Elles constituent la pièce à conviction numéro 1 du réquisitoire selon lequel les dissensions opposant actuellement le monde musulman et la civilisation occidentale postchrétienne sont en dernière analyse la responsabilité de l'Occident, qui n'a cessé de provoquer, d'exploiter et de brutaliser les Musulmans depuis le jour où les premiers guerriers francs pénétrèrent dans Jérusalem et… mais laissons plutôt la parole à Bill Clinton:

En effet, lors de la première croisade, lorsque les soldats chrétiens s'emparèrent de Jérusalem, ils commencèrent pas brûler une synagogue abritant trois cents Juifs et entreprirent ensuite de tuer toutes les femmes et tous les enfants de religion musulmane trouvés sur le mont du Temple. Les récits de l'époque relatant les événements décrivent des soldats pénétrant sur le mont du Temple, un lieu saint chrétien, avec du sang jusqu'aux genoux. Je peux vous dire que cette histoire est encore racontée de nos jours au Moyen-Orient et que nous continuons d'en payer le prix [1] (italiques ajoutées).

Dans cette Analyse, Clinton faisait étrangement écho à Oussama Ben Laden lui-même, dont certains des communiqués personnels parlaient de son organisation non comme d'«Al-Qaida», mais comme du «Front islamique mondial pour le djihad contre les juifs et les croisés».[2]

Cet usage est très répandu. Peu avant le début de la guerre d'Irak, qui allait permettre de renverser Saddam Hussein, le 8 novembre 2002, cheikh Bakr Abed Al-Razzaq Al-Samaraai orienta son prêche donné en la mosquée de la Mère de toutes les batailles de Bagdad sur «cette heure difficile que traverse la nation islamique, une heure à laquelle elle doit affronter (les forces de) l'incroyance des infidèles, des Juifs, des croisés, des Américains et des Britanniques». [3]

De même, lorsque des djihadistes islamiques perpétrèrent un attentat à l'explosif contre le consulat des États-Unis à Djeddah, en décembre 2004, ils expliquèrent que cette action s'inscrivait dans un vaste plan de contre-attaque visant les «croisés»: «Cette opération fait partie d'un plan mis au point et organisé par Al-Qaida dans le cadre de la bataille contre les croisés et les Juifs, de même qu'un élément de l'effort destiné à chasser les incroyants de la péninsule arabique.» Ils déclarèrent que les guerriers du djihad «[étaient parvenus] à pénétrer au sein de l'un des grands châteaux-forts des croisés dans la péninsule arabique, il parvinrent à pénétrer dans le consulat américain de Djeddah, d'où ils contrôlent et gèrent le pays.» [4]

«L'un des grands châteaux-forts des croisés dans la péninsule arabique»? Pourquoi des terroristes du djihad islamique font-ils une telle fixation sur des châteaux vieux d'un millénaire? Se pourrait-il que Clinton ait raison et qu'ils attribuent bel et bien aux croisades l'origine de leurs problèmes avec l'Occident, et qu'ils considèrent les conflits actuels en Irak et en Afghanistan comme une renaissance de l'éthos des croisés?

Dans un sens, oui. Mieux on comprend les croisades – pourquoi elles furent entreprises et quelles en furent les forces vives tant au sein de la Chrétienté que dans l'Islam –, mieux on comprend le conflit actuel. À de nombreux égards, que Bill Clinton et les auteurs de l'attentant de Djeddah ne devinent que confusément, les croisades apportent des clés essentielles à la bonne compréhension de la situation mondiale actuelle.

Le présent ouvrage explique pourquoi en se consacrant pour moitié à l'Islam, en première partie, et pour moitié aux croisades. Ce faisant, il se propose d'éclaircir certaines des brumes de désinformation qui entourent aujourd'hui l'Islam et les croisades. Des brumes plus épaisses que jamais. L'une des principales responsables de cette situation, l'apologiste occidentale de l'Islam Karen Armstrong, va jusqu'à faire remonter aux croisades les perceptions faussées des Occidentaux:

Depuis les croisades, les populations de la Chrétienté occidentale n'ont cessé de nourrir une vision stéréotypée et déformée de l'Islam, qu'ils considéraient comme l'ennemi de la civilisation. (…) Ainsi, c'est pendant les croisades, alors que les Chrétiens avaient lancé une série de guerres saintes brutales contre le monde musulman, que l'Islam était décrit par les moines érudits d'Europe comme une foi intrinsèquement violente et intolérante, qui ne s'était jamais établie autrement que par l'épée. Le mythe de la soi-disant intolérance de l'Islam est devenu l'une des idées reçues de l'Occident. [5]

Armstrong a raison, d'une certaine manière (il semble bien qu'aucun être humain ne peut avoir tort tout le temps): dès qu'il s'agit de l'Islam, on ne peut plus rien croire de ce que l'on entend – tout particulièrement depuis les attentats du 11 septembre. La désinformation et les demi-vérités sur ce que l'Islam enseigne, et sur ce que les Musulmans des États-Unis croient, ont envahi les ondes et profondément influencé les orientations politiques.

Ces malentendus sont transmis en grande partie par des analyses des «causes profondes» du terrorisme djihadiste qui fit tant de victimes le 11 septembre 2001, et qui continue de menacer la paix et la stabilité des non-Musulmans partout dans le monde. Il est devenu de bon ton, dans une certaine presse et ans certains milieux universitaires, d'attribuer la majeure partie, sinon la totalité, de la responsabilité des événements du 11 septembre non pas à l'Islam et aux Musulmans, mais aux États-Unis et aux autres pays occidentaux. L'Occident infligerait systématiquement de mauvais traitements au monde musulman, disent de savants professeurs et des commentateurs pleins de superbe. Cela commença il y a des siècles, disent-ils – à l'époque des croisades.

Mais, en réalité, les germes du conflit actuel furent plantés longtemps avant la première croisade. Pour bien comprendre les croisades ainsi que l'influence si singulière qu'elles exercent sur le conflit mondial actuel, avec les terroristes du djihad islamique, nous devons commencer par une étude du prophète d'Arabie et de la religion qu'il fonda. Car les croisades, comme nous allons dès lors nous en rendre compte, furent en fait une réaction à des événements qui trouvent leur origine plus de 450 ans avant les batailles elles-mêmes.

Le présent ouvrage souhaite constituer non pas une introduction générale à la religion islamique, ni une étude historique exhaustive des croisades, mais un examen de certaines des affirmations extrêmement tendancieuses sur l'Islam et les croisades qui ont envahi le débat public. Ce livre est une tentative de rapprocher un peu le débat public de la vérité.

- - - - - - - - -

[1]
Bill Clinton, «Remarques prononcées par le président William Jefferson Clinton à l'université de Georgetown», le 7 novembre 2001. Université de Georgetown, Office of Protocol and Events, www.georgetown.edu.

[2]
Déclaration du Front islamique, Jihad contre les Juifs et les Croisés, 23 février 1998. http://www.fas.org/irp/world/para/docs/980223-fatwa.htm

[3]
Institut de recherche médiatique du Moyen-Orient (MEMRI), «Sermon du Ramadan depuis l'Irak», Dépêche spéciale de MEMRI N° 438, 8 novembre 2002. http://memri.org/bin/french/articles.cgi?Page=archives&Area=sd&ID=SP43802

[4]
«Des groupes liés à Al-Qaida revendiquent la responsabilité de l'attentat saoudien», CNN, 7 décembre 2004.

[5]
Karen Armstrong, Islam: A short History (New York : Modern Library, 2000), p. 179–180.

Post a comment

(If you haven't left a comment here before, you may need to be approved by the site owner before your comment will appear. Until then, it won't appear on the entry. Thanks for waiting.)